formation parfaite au punching-ball

Ne vous contentez pas de frapper le punching-ball d’une manière ou d’une autre, apprenez à vous entraîner correctement sur le punching-ball. Voici 10 conseils pour améliorer votre technique de frappe et votre puissance de frappe.

 

10 conseils pour une formation parfaite au punching-ball




1. le “contact visuel” droit

Le plus grand problème de l’entraînement au punching-ball est le développement de mauvaises “habitudes de regard”. Les deux problèmes habituels dans ce contexte sont que le stagiaire soit fixe le punching-ball, soit ne le regarde pas du tout.

Fixer :

Ce type de contact visuel intense peut donner une bonne sensation. Comme un chasseur qui fixe sa proie. Sur le ring, cela a pour effet que l’adversaire sait quand et où vous avez l’intention de le frapper ensuite.

Il lui est ainsi beaucoup plus facile de parer et de contrer vos tirs. Ne baissez jamais les yeux lorsque vous voulez tirer sur un corps. C’est ce qui rend ce tir si prévisible.

Ne fixez pas trop longtemps un seul point, car vous ne verrez ou ne percevrez rien d’autre.

Il suffit de regarder droit devant soi et d’imaginer le punching-ball comme votre adversaire sur le ring. Essayez d’avoir l'”adversaire” complètement en vue pour voir ses mouvements de tête et de corps.

Vous placez vos coups de poing de manière ciblée, mais sans fixer le point cible.

Ne regardez pas le punching-ball :

Il y a en effet des boxeurs qui ne regardent pas du tout le sac lorsqu’ils frappent fort, mais qui regardent le sol ou sur le côté. Il est étonnant de constater à quel point les boxeurs frappent souvent à l’aveuglette lorsqu’ils sont fatigués.

Ne laissez pas votre regard vagabonder dans la zone pendant l’entraînement au punching-ball, car cela devient alors une habitude, même sur le ring, et là, cette habitude vous rendra vulnérable.

Concentrez-vous plutôt sur le punching-ball. Cela augmente votre précision et vous permet de reconnaître rapidement les contre-poinçons.

La meilleure façon de se débarrasser de cette mauvaise habitude :

Collez de petits carrés de ruban adhésif sur le sac de frappe (tout autour) pour donner aux yeux un stimulus ou attirer l’attention.

Gardez un œil sur le punching-ball dans son ensemble, mais sans le fixer.

Votre but ultime est d’avoir à tout moment une conscience de l’ensemble du sac et de la distance qui vous sépare de lui.

 

gardez votre équilibre

Travaillez sur le sac de frappe sans vous appuyer contre lui ni le heurter. Tenez-vous toujours sur vos deux pieds et ne tombez pas dans le sac ou n’utilisez pas votre poids contre le sac.

C’est la seule façon de garder son équilibre, ce qui est bon pour plus de punch et un meilleur jeu de jambes.

N’utilisez pas le punching-ball pour vous tenir debout. Ne le poussez pas avec vos épaules. Cette mauvaise habitude permet aux combattants expérimentés de vous déséquilibrer en reculant lorsqu’ils sentent que vous poussez.

3. poinçonner le sac et ne pas le pousser
Ne poussez pas, mais frappez le punching-ball, mais frappez-le correctement.

Vous pouvez dire si vous avez frappé le sac correctement au son des coups de poing.

Ce que vous voulez entendre, c’est un claquement de doigts au lieu d’un coup de poing sourd.

Un coup de poing (également appelé coup de poing) ne fera que faire balancer le sac de frappe d’avant en arrière de façon sauvage alors que vos bras sont fatigués. En revanche, un coup de poing rapide et brusque fera trembler brièvement le sac de frappe accompagné d’un fort claquement de mains.

Détendez vos bras et donnez des coups de poing rapides. Les coups de poing doivent être puissants. Les poings n’ont qu’un court contact avec le punching-ball. Dès que le contact est établi, tirez le poing en arrière et donnez le coup de poing suivant.

Si vos bras se fatiguent rapidement, c’est le signe que vous poussez ou frappez le sac au lieu de le frapper.

Là encore, le contact de vos poings avec le punching-ball doit être aussi court que possible.

 

 

les deux pieds sur le sol

Pendant la course, vos deux pieds ont un contact ferme avec le sol.

Un contact solide avec le sol signifie plus d’équilibre, plus de puissance, plus de contrôle, plus de mobilité, plus de tout.

Vous pouvez et devez vous déplacer dans le sac comme vous le souhaitez, mais lorsque vous frappez, vos deux pieds sont au sol. Si vous trouvez cela difficile, faites simplement de petits pas en vous déplaçant dans le sac.

Les professionnels peuvent frapper beaucoup plus fort parce que leurs pieds sont toujours au sol lorsqu’ils frappent

 

Continuer à avancer

La sagesse de la boxe dit : “Bougez vos mains ou bougez vos pieds ou bougez votre tête”. Parce qu’aucun mouvement n’est défensif ou si vous ne faites pas un mouvement offensif, faites un mouvement défensif.

Comme un punching-ball ne vous frappe pas, vous n’avez pas à vous soucier du mouvement de la tête, mais vous pouvez certainement faire quelque chose pour votre jeu de pieds. Alors bougez toujours quand vous n’êtes pas droit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *